Avis littéraire : Pays Provisoire, de Fanny Tonnelier

Bonjour à vous les lecteurs,

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouvel avis littéraire qui concerne un envoi des 68 Premières Fois (il faut d’ailleurs que je vous prépare un article à ce propos …). Aujourd’hui donc, je viens vous parler de Pays Provisoire, le premier roman de Fanny Tonnelier, paru aux Editions Alma.

Le synopsis …

Saint-Pétersbourg. 1917. Nous faisons la rencontre d’Amélie, une jeune française de 30 ans environ, qui vit en Russie depuis 7 ans. Amélie est une couturière et styliste, venue s’expatrier en Russie pour assouvir une soif de découverte. Malheureusement, les évènements qui ont lieu en Russie à cette période, poussent la jeune femme à fuir, et à rentrer chez elle, en France.

Ce roman nous raconte donc le retour d’Amélie et les aventures et déconvenues qui lui arrivent.

La jeune femme est téméraire et courageuse, assurément plus que d’autres, et ne recule devant rien, malgré la peur qui la tiraille. Elle va faire des rencontres, va se rendre compte au plus près, de ce que génère la Guerre …

Mon avis sur ce Pays Provisoire …

Je tiens tout d’abord à dire qu’au premier abord, ce roman n’était pas fait pour moi. Je ne me passionne pas plus que ça pour les évènements qui ont eu lieu pendant les deux Guerres Mondiales. Ce roman, je ne l’aurai sans doute jamais lu sans son passage dans les 68 Premières Fois.

Je dois dire ensuite, que parfois, la plume est assez difficile. Certains passages m’ont quelque peu perdu … Et cela est notamment du à mon manque d’intérêt et de connaissance pour cette époque.

Néanmoins, et c’est en cela que c’est une réelle bonne surprise, j’ai lu ce roman d’une traite. En un week-end ! Le travail de recherche effectué par l’auteur a du être magistral. Elle nous décrit la ville de Saint-Pétersbourg avec une telle fluidité et une telle facilité qu’on s’y croirait.

L’intrigue, quant à elle, est aussi très intéressante et permet aux novices, comme moi, d’aborder cette époque assez facilement.

La dureté de la Guerre oui, mais le roman n’est pas accusateur, ni moralisateur. Il retranscrit juste les évènements, et la fuite des personnes. Leur peur aussi, de rentrer chez eux, et d’avoir perdu leurs proches au front …

En somme, ce fût une très bonne lecture, pas un coup de coeur, mais un livre que je suis ravie d’avoir découvert grâce aux fées de l’équipe des 68 …

Est-ce que vous connaissez ce roman ? Etes-vous passionnés par cette période de l’Histoire ? Avez-vous peut-être des lectures à me conseiller sur cette époque ?

Je vous retrouve très vite pour un autre avis littéraire, d’ici là, belles lectures à vous,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *