Avis littéraire : Le passager clandestin, de Simenon, dessins de Loustal

Bonjour à tous amis lecteurs,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous présenter un bien bel ouvrage. Il s’agit d’un roman de Simenon, le fameux, agrémenté des dessins de Loustal. Ouvrage qui a été publié en novembre 2018.

Le synopsis …

« Il y avait six canots sur le pont, calés dans leur berceau, sans compter la grande baleinière. Chacun était recouvert d’une bâche en grosse toile grise qui formait tente.
Une de ces bâches remuait, un vide se dessinait entre elle et le plat-bord, et l’on aurait pu penser à la présence de quelque animal si l’on n’avait distingué des doigts humains. »

Qui est cette personne qui dort dans le canot ? Qui ne dit mot ? Pourquoi se cacher ? Voici les premières questions qui vont se poser …

Le paquebot va décharger ses occupants à Tahiti où se poursuivra l’enquête.

Mon avis sur cet ouvrage …

Tout d’abord, quelques mots sur Georges Simenon. Cette année 2019 marque les 30 ans de sa disparition, le 4 septembre précisément. Simenon, on le connaît surtout pour les fameuses enquêtes de Maigret (que je connais de mon côté grâce à mon papa !). Mais le reste de son oeuvre a été très importante également. On lui connaît cent quatre-vingt-treize romans et cent cinquante-huit nouvelles.

Le passager clandestin est un roman policier que Simenon a achevé en 1947. Il a d’ailleurs été publié la même année initialement.

On se laisse embarquer dans cette enquête plus complexe qu’il n’y paraît au début. L’intrigue est rondement bien menée. La plume de Simenon nous entraîne comme si on était le coéquipier d’Owen, le personnage principal. On pourrait presque sentir l’air de Tahiti autour de nous. Les descriptions sont importantes pour cela.

Et c’est d’ailleurs là que les illustrations de Loustal rentrent en jeu.

Tantôt très colorée, tantôt jouant sur l’obscurité, les dessins aident le lecteur a encore plus s’imprégner de l’ambiance pesante, lourde et parfois étouffante de l’histoire. Les descriptions de Simenon sont parfois très imagées et Loustal réussit brillamment à les retranscrire.

A droite par exemple, une des premières illustrations du roman. Les personnages sont sur le quai avant d’embarquer. La nuit étoilée, le paquebot au loin, les personnages qui se baladent … et on se sent déjà happé par l’histoire.

Vous l’aurez compris, j’ai été charmée par ce format, aussi bien par l’intrigue du grand Simenon que par les dessins de Loustal que j’ai aimé découvrir.

Et vous, aimez-vous Simenon ? Quelle est votre enquête préférée ?

Je vous dis à très vite,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *