Avis littéraire : Nous aurons été vivants, de Laurence Tardieu

Bonjour à tous,

Encore un roman de la dernière rentrée littéraire que je vous propose de découvrir aujourd’hui. Il s’agit de Nous aurons été vivants, de Laurence Tardieu paru aux éditions Stock.

Le synopsis …

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site des éditions Stock :

 » Est-ce Lorette, partie il y a sept ans sans laisser la moindre trace ni mot d’explication, qui se tient, en ce matin d’avril 2017, de l’autre côté du boulevard ? Hannah, sa mère, croit un instant l’apercevoir. Peut-être a-t-elle rêvé. Mais, dès
lors, plus rien ne peut se passer comme avant : violent séisme intérieur, la vision a fait rejaillir tout ce qu’elle avait tenté d’oublier. Ce même jour, plusieurs destins, chacun lié à Hannah, voient leur existence basculer.

Une journée particulière, donc, mais aussi trente ans de la vie intime d’Hannah Bauer, femme, artiste, mère, prise dans les soubresauts de son histoire familiale et de celle de l’Europe, Nous aurons été vivants est un hymne à la vie. « 

C’est l’histoire d’une mère. D’une mère qui est dans le tourment, dans l’attente.

Mais c’est surtout aussi l’histoire de la relation au temps, des secondes qui passent. Sur le passé qui nous guette, qui est tout le temps là, quelque part. Les souvenirs, les sensations que nous corps ont connus.

Mon avis sur ce roman …

Mais quelle plume ! Quelle délicatesse ! Un roman tout en pudeur …

J’ai beaucoup aimé ce roman, oui ! Parce qu’il m’a touché d’une certaine manière. Pas par l’intrigue, quoi qu’elle se tient, mais plus par la forme.

Laurence Tardieu était totalement inconnue pour moi. Je ne savais pas ce qu’elle avait déjà publié auparavant. C’était donc une réelle surprise pour moi que la lire. Et quelle bonne surprise.

Hannah, la maman, aborde des sujets douloureux. Elle s’expose, dans sa mélancolie, dans sa folie due à l’attente, le terrible temps qui passe. Par certains passages, ce roman m’a fait pensé au très beau film de Pedro Almodovar, Julieta. L’histoire d’une mère qui attend sa fille, qui, elle aussi, a décidé de quitter sa mère.

Peut-on quitter ses proches, son mari, oui, mais quitter sa mère, ou son père ? Partir du jour au lendemain sans rien devoir à personne. Quelle est la violence de l’abandon pour l’entourage qui n’en finira plus d’attendre ? Voilà ce dont traite avec beaucoup de talent, Laurence Tardieu dans Nous aurons été vivants.

N’hésitez pas à me dire en commentaire quels sont les autres romans de Laurence Tardieu que vous avez lu. De mon côté, j’ai Rêve d’amour qui m’attend …

A très vite pour une nouvelle chronique, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *