Avis littéraire : Mourir en scène, de Christos Markogiannakis

Bonjour à tous,

Une première pour moi que la lecture que je vais vous présenter aujourd’hui. Mon premier polar grec ! Autant dire que ça a été une découverte que j’ai pu faire grâce aux éditions Albin Michel. Ce polar grec dont il est question, c’est le dernier roman de Christos Markogiannakis sorti le 26 février dernier.

Le synopsis…

« Un été torride sur les bords de la Riviera athénienne. Tandis que des hauts parleurs déversent des mélodies pop, une foule électrisée danse pieds nus sur le sable devant une chanteuse propulsée jusqu’à la scène par un monte-charge pneumatique, telle Aphrodite jaillie des eaux.

Cinquante mille fans de tous âges assistent aux adieux de leur idole lors d’un concert retransmis en direct par la seule chaîne musicale ayant survécu à la crise grecque. Le capitaine de la police Christophoros Markou, numéro deux du département des homicides de l’Attique, n’est pas là pour s’amuser mais pour assurer le service d’ordre de la star avec ses équipes.

Lorsque, tout à coup, la fête tourne au cauchemar : la scène prend feu avant d’exploser. Accident ou attentat ? »

Mon avis sur ce roman…

Ce roman ressemble à un épisode de Columbo. Et rien de péjoratif à cela, vous allez voir pourquoi.

Nous partons de l’accident, de ce concert donné en grande pompe, de cette explosion, pour remonter le fil. Aux côtés de Markou, nous allons enquêter comme lui le fait. Il ne connait rien de l’univers des stars et des paillettes et ça tombe bien, parce que nous non plus !

Le personnage de Markou est évidemment central. Mais celui de Neni Varda, c’est quelque chose. Très peu de paroles à son actif, mais un personnage que l’on sent fort et charismatique. Et pour cause : c’est quand même elle la star, et c’est en plus elle qui meurt, alors…

Les découvertes vont bon train, le rythme est relativement soutenu et la plume (et la traduction !) est très agréable. Aussi, l’univers du showbiz se prête à ce genre d’enquête. C’est un milieu guindé, secret où les personnes se font peut être plus mystérieuses qu’elles ne le sont finalement. En définitive, l’ambiance générale fonctionne bien ! La lecture se fait toute seule…!

Ce que j’ai aimé, c’est finalement le côté très imagé du roman. Les descriptions sont relativement nombreuses, ce qui nous laisse la possibilité d’imaginer la maison de Neni Varda, puis le petit appartement de Markou, la loge de la chanteuse…

Là où je l’ai trouvé également très bien joué de la part de l’auteur, c’est de réussir à intégrer au fur et à mesure quelques propos sociétaux. La Grèce pour nous, français, mine de rien, c’est assez loin. Assez loin en distance mais aussi dans les faits. La crise financière a eu de sacrées conséquences en Grèce et c’est très intéressant de pouvoir avoir cela en tête concernant le contexte pendant notre lecture.

Force est de constater que ce roman m’a beaucoup plu. J’entendais déjà parler de l’auteur depuis un certain temps sans n’avoir jamais rien lu de lui. C’est maintenant chose faite et je vais me renseigner sur ces autres romans 🙂

Et vous, avez-vous déjà lu un roman de Christos Markogiannakis ?

A très vite pour un autre avis littéraire, d’ici là, belles lectures à vous,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *