Avis littéraire : Juliette de St-Tropez, de Valentin Spitz

Bonjour à vous les lecteurs,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler d’un roman que j’ai beaucoup aimé. Il s’agit du récit de Valentin Spitz, Juliette de St-Tropez, paru aux éditions Stock.

Le synopsis …

L’histoire est racontée par le petit-fils de Juliette, ou plutôt, de Nicole. Il souhaite en savoir plus sur sa grand-mère, sur son histoire personnelle et donc aussi un peu plus sur son histoire à lui-même.

Si certaines histoires sont vouées à devenir célèbre, celle de Juliette est extraordinaire, dans le sens, hors de l’ordinaire.

Orpheline de père assez tôt, Nicole a du se construire seule, face à une mère dévastée par la perte de son mari. Peu à peu, elle va découvrir le travail, à cette époque où la femme est encore sous l’emprise de son mari. Elle va découvrir une certaine forme de liberté qu’elle n’abandonnera plus jamais.

De mari en mari, elle va faire naître plusieurs enfants, en se promettant toujours d’être indépendante, de faire ses propres choix. Elle va même devenir chef d’entreprise, et divorcer. Il est important de replacer cette histoire dans l’époque dans laquelle elle se passe, elle n’en prend que plus de saveur.

Mon avis sur Juliette …

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai beaucoup aimé ce roman. A tel point, que pendant ma lecture, je me suis demandé pourquoi j’avais attendu si longtemps pour le lire !

Le récit est servi par plusieurs voix. Tout d’abord, celle de Juliette/Nicole évidemment, mais aussi celle de son petit-fils, et enfin, les voix des enfants de Juliette.

Juliette est une héroïne. Une femme hors de son époque qui refuse les conventions et qui ne souhaite que vivre sa vie ! Une fonceuse, une mère libre et indépendante. Une figure féminine qui tend à ressembler à Brigitte Bardot.

Il n’y a rien qu’à voir la couverture de ce roman pour se rendre compte de la beauté du personnage.

L’autre beauté du récit, se trouve dans la propre quête du petit-fils ! D’où vient-il ? Qui est son propre père ? Pourquoi autant de mensonges dans cette famille, dont l’héroïne se veut si libre ?

Un roman dont je me souviendrai longtemps, c’est certain. Bravo Valentin Spitz.

Quant à vous, je vous dis à très vite pour un autre avis littéraire, d’ici là, belles lectures 🙂

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *