Avis littéraire : L’homme de Grand Soleil, de Jacques Gaubil

Bonjour les lecteurs,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une nouvelle lecture découverte une fois de plus dans le cadre des 68 Premières Fois. Il s’agit de l’Homme de Grand Soleil, de Jacques Gaubil. Une histoire pour le moins loufoque …

Le synopsis …

Dans ce roman, nous nous retrouvons catapultés au Canada. D’une part à Montréal, et d’autre part dans une contrée des plus reculée : Grand Soleil. Là-bas, il ne vaut mieux pas savoir quelle est la température. De toute façon, quand on passe – 50 degrés, est-ce vraiment important ?

Un médecin français fait souvent l’aller-retour entre ces deux lieux. Il n’y a pas de cabinet de médecin à Grand Soleil, vu le peu d’habitants. Mais les petits bobos existent … et les gros aussi !

Le Docteur Leboucher se retrouve donc à faire la connaissance d’une jeune femme très particulière. D’un aspect singulier, pas franchement belle, mais quelque chose en elle l’intrigue.

Elle lui dit que quelqu’un qui vit chez elle a besoin d’aide. Il s’agit là de Cléophas. Le Dr Leboucher effectue une prise de sang afin de pouvoir donner son verdict. Mais au moment des résultats, surprise : il ne s’attend pas à ce qu’on va lui annoncer. Et vous non plus d’ailleurs …

Mon avis sur l’Homme de Grand Soleil …

Disons que l’histoire en elle-même est vraiment particulière. Il arrive ce qu’il arrive, oui. Mais plus que ça, il me semble que le roman va plus loin encore.

En effet, à travers son récit, Jacques Gaubil nous invite à nous interroger sur notre société actuelle. Les réseaux sociaux, les relations humaines, les découvertes, nos relations avec la politique et surtout les politiciens …

En parallèle de l’histoire principale, il y en a une, secondaire, qui prend tout de même de la place. Un livre de la plus haute importance est découvert.

Quelle est la place de l’Histoire dans notre société actuelle ? Et notre société justement, avance-t-elle dans le bon sens ? A l’heure où nous nous regardons tous en chien de faïence et où nous doutons tous des uns des autres, ne devrions-nous pas plutôt être à l’écoute ?

En somme, un roman qui restera gravé surtout pour sa remise en cause, mais aussi pour le style qui est très intéressant. J’aime beaucoup ces romans qui nous font apprendre des mots et qui utilisent des tournures de phrases qui sortent du commun.

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous l’avez lu,

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, portez-vous bien et belles lectures,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *