Avis littéraire : Une évidence, d’Agnès Martin-Lugand

Bonjour les Lecteurs,

J’ai la joie de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler d’un coup de coeur ! Oui ! Rien que ça … Il s’agit du tout dernier roman d’Agnès Martin-Lugand paru le 21 mars dernier aux éditions Michel Lafon.

Le synopsis …

Reine vit avec son fils de 17 ans à côté de Rouen. Pas de papa. En tout cas, Noé, son fils, ne connait pas son père. La relation entre la mère et son fils est au beau fixe, le bac approche, mais Noé est sérieux.

Tourmentée par l’avenir de son fils qui va bientôt la quitter, Reine accepte une mission à St-Malo. L’air de la mer ainsi que les effluves de thés et de cafés que vendent ses clients arriveront à la réconforter …

Oui mais, le passé resurgit. De plein fouet, comme le vent sur la plage, comme pendant une tempête. Reine n’aura d’autre choix que d’affronter les vérités. Et puis finalement, en apprendre sur ses proches et sur elle aussi.

Mon avis sur ce roman …

Sans grande surprise comme vous l’avez remarqué en début de chronique, ce roman est un coup de coeur ! J’ai tout aimé. Même les détails qui m’ont fait un peu tiquer et lever les yeux au ciel n’y changeront rien !

Les personnages tout d’abord. Ils sont bien construits et ont chacun un petit quelque chose qui font qu’on les apprécie. C’est une grande force (si ce n’est la plus grande !) d’Agnès Martin-Lugand. Reine est attachante (même si des fois on a envie de la secouer !), son fils Noé prend le visage d’un ado un peu bêta mais si mature paradoxalement. Ses amis et sa famille sont dans la même veine !

Personnellement, je n’ai pas vu venir la fin ! Mais alors, pas du tout. Je ne voulais pas quitter ce roman tant l’ambiance qui s’en dégage était réconfortante, on se sent à la maison, entre nous, comme s’il s’agissait d’une amie qui nous racontait ses mésaventures.

Chaque année, je guette le nouveau roman d’Agnès Martin-Lugand. J’aime son travail ! Si cela peut être qualifié de littérature de bas-étage, tant pis ! Je passe toujours un bon moment de lecture, je me laisse porter et j’en ressors (souvent) chamboulée. C’est ce que l’on demande aussi aux bouquins après tout 🙂

A très vite pour un nouvel avis, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *