Avis littéraire : Eparse, de Lisa Balavoine

Bonjour les lecteurs,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler du deuxième roman que j’ai abordé grâce à l’aventure des 68 Premières Fois. Il s’agit du roman de Lisa Balavoine, Eparse, paru aux éditions JC Lattès.

Le synopsis …

Dans ce roman à la construction particulière, nous rencontrons Lisa. Est-ce l’auteur elle-même ou bien une superposition d’elle-même ?

Quoi qu’il en soit, la protagonniste nous fait part de sa vie à l’instant T de l’écriture du roman. Elle vient de se séparer. Non pas qu’elle n’aime plus son mari, mais ils se sont éloignés au fur et à mesure des années qui ont passées.

Il est ainsi temps pour eux de continuer à avancer chacun de son côté. Lisa nous raconte alors sa jeunesse, ses années d’école et de lycée, ses ami(e)s de l’époque. Elle se rend compte de ce qu’est sa vie, la semaine où ses enfants sont chez leur père.

Eparse : dispersée, éparpilée.

 

Mon avis sur Eparse …

Je voudrais tout d’abord parler du style très singulier de Lisa Balavoine. Le roman ne s’articule pas autour de chapitres comme habituellement. Ici, il s’agit de points successifs, sans vraiment de lien les uns entre les autres.

Un paragraphe peut nous parler de la vie actuelle, un autre de sa vie au lycée ou bien de sa mère, et encore un autre être une succession de noms, ou de mots.

C’est vraiment très particulier et je suis consciente que cela peut ne pas plaire à tout le monde. Mais le fait est que dans mon cas, je trouve cela assez osé, et très différent des styles habituels que l’on peut voir.

La plupart des paragraphes sont relativement courts, et le livre se lit facilement. Parfois, il ne s’agit que de phrases courtes, ou bien même de paroles de chanson …

En somme, ce fût une lecture que j’ai beaucoup apprécié et que je vous conseille si vous aimez lire la vie dans toute sa splendeur, les relations humaines, les relations amoureuses …

Vous connaissez l’auteur ?

Je vous retrouve très vite pour un nouvel article, d’ici là, belles lectures à vous,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *