Avis littéraire : D’innombrables soleils, d’Emmanuelle Pirotte

Bonjour à tous,

Encore un roman de la Rentrée Littéraire à vous présenter aujourd’hui. Il s’agit du nouveau roman d’Emmanuelle Pirotte, paru aux éditions du Cherche-Midi, le 22 août dernier.

Le synopsis …

« Walter a recueilli chez lui son ami Christopher Marlowe, laissé pour mort après une rixe. Dans le manoir au bord de la falaise, le poète en sursis rencontre Jane, l’épouse de son hôte. Entre ces deux insoumis naît une passion rare. Les corps et les esprits s’unissent dans un élan charnel et artistique, un amour hanté par la création et l’urgence du temps qui reste. »

Mon avis sur ce roman …

Comment résumer ce roman en un seul mot ? Passion. Dévorante, déchirante, inavouée, étonnante, inépuisable, insoupçonnée.

Emmanuelle Pirotte, je ne la connaissais que de nom. Je ne me suis jamais penchée sur ces écrits pour la simple et bonne raison que, comme pour de nombreux lecteurs, j’ai peu de temps et tellement de choses à découvrir. Le fait qu’elle sorte un roman lors de la Rentrée Littéraire était une chouette façon de m’atteler à sa découverte.

Le fait est qu’au premier abord, et je pense que c’est parce que l’époque de l’intrigue s’y prête, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman. Les phrases peuvent paraître un peu lyrique, voire même compliquées. Mais, une fois cet entraînement passé, ça va tout seul. Et même au contraire, le style nous permet de rentrer encore mieux dans cette époque élisabéthaine.

Un roman presque totalement dévoué à Christopher Marlowe, le célèbre dramaturge anglais. Pour aller un peu plus loin, Christopher Marlowe, c’est lui …

Oui, j’aime bien mettre un visage sur un héros historique, surtout un qui, dans ce roman, semble si sulfureux.

Emmanuelle Pirotte pose très bien l’intrigue, le contexte, la trame de fond. En arrivant chez son ami Walter, on se rend bien vite compte que Marlowe et lui ont eu une histoire d’amour, ou plutôt devrait-on dire, de désir. Mais Walter en garde visiblement un souvenir plus pénétrant que Marlowe qui, lui, en arrivant, tombe directement sous le charme de la femme de Walter, Jane.

Un triangle amoureux que l’on pourrait croire déjà vu dans bien d’autres romans. C’est possible. Fort possible même. Sauf qu’ici, vrai ou non, on se retrouve dans l’Histoire. Dans cette époque où l’homosexualité n’était pas reconnue, où on disait qu’il s’agissait d’amitié entre hommes seulement. Où les passions se devaient d’être « respectables ».

Et c’est en cela que ce roman est fort. Emmanuelle Pirotte a su décrire les lieux, les pièces et les ambiances à merveille. Ainsi le lecteur est totalement aspiré dans cette époque anglaise et dans cette campagne nébuleuse. Je ne sais pas quels sont ses rituels d’écriture mais il y a sans doute eu un gros travail de recherche derrière.

Par conséquent, c’est encore ici un très beau roman de la Rentrée Littéraire que j’ai eu la chance de découvrir grâce aux éditions du Cherche-Midi que je remercie une nouvelle fois (coucou Benoit !).

N’hésitez pas à me dire si vous avez déjà lu un autre roman d’Emmanuelle Pirotte et si oui, lequel je dois lire pour continuer ma découverte de cet auteur.

A très vite,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *