Avis littéraire : Le petit chat est mort, de Xavier de Moulins

Bonjour à tous amis lecteurs,

C’est avec une joie non dissimulée que je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un coup de cœur. Oui, ne cachons pas les ressentis sous des mots ou d’autres. Il s’agit bel et bien d’un coup de cœur. Désolée pour le suspens, il n’y en aura pas aujourd’hui (et même jamais d’ailleurs…).

Ce roman qui m’a fait chaud au coeur, c’est le dernier de Xavier de Moulins, paru aux éditions Flammarion et qui s’intitule Le petit chat est mort. Vous pouvez d’ailleurs le retrouver depuis le 22 janvier 2020 dans toutes les bonnes librairies.

Le synopsis…

Suite à la mort du petit chat de la famille, Xavier de Moulins va, sur 128 pages, revenir sur ce petit être qui illuminait la maison. D’abord réfractaire à faire rentrer un petit fauve dans son foyer, il a ensuite accepter pour montrer à sa fille, que la persuasion était un joli défaut…

Mon avis sur ce roman…

C’est clairement le genre de roman que j’aime de plus en plus depuis un certains nombre d’années. Un récit court où les mots ont été choisis avec une précision chirurgicale. Dire beaucoup avec peu de mots, presque écrire entre les lignes.

La mort du petit chat est-elle un prétexte ou un moyen pour l’auteur de revenir sur certains faits de sa vie ? Possible. Toujours est-il qu’ici, l’homme nous parle de lui, de la relation construite avec l’animal, sa confiance durement gagnée. Il nous parle des habitudes qui ont ensuite la vie dure, de la crainte de voir son animal mourir jusqu’au jour où…

Il revient aussi sur ce pouvoir presque irréel qu’ont les animaux quand les humains ne vont pas bien. Cette empathie formidable dont ils font preuve sans aucun mot. Que des ressentis.

Peut-être est-ce parce que je vis avec Marley depuis bientôt 7 ans que ce texte me parle tant ? Ou bien parce que, depuis ma naissance je suis entourée d’animaux ? C’est possible. Je pense avoir de toute façon développer un amour pour les animaux très tôt.

Néanmoins, ce texte parle aussi et surtout de la vie ! De celle qui nous entoure. De nos proches, de nos relations avec les autres, ceux que l’on a choisi et ceux que l’on subit.

Difficile d’en dire plus, il me semble encore que le plus simple est de le lire et d’en tirer toute la beauté de votre côté…

Une dernière chose avant de vous quitter. Je souhaite remercier les éditions Flammarion de tout mon cœur pour l’envoi de ce roman qui ne quittera sans doute jamais ma bibliothèque…

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, portez vous bien les lecteurs,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *