Avis littéraire : Après le tremblement … de Murakami

Bonjour à tous,

Un nouvel avis littéraire se trame aujourd’hui. Je vous propose de vous parler d’un des nombreux romans de Murakami, il s’agit d’Après le tremblement de Terre, d’Haruki Murakami.

Le synopsis …

Ce roman n’en est pas réellement un. Il s’agit en effet de plusieurs nouvelles. Toutes ont néanmoins un point commun : elles se passent toutes environ un mois après le tremblement de terre ayant eu lieu en 1995 à Kobe.

Tous les personnages nous livrent autant de manières de réagir et d’appréhender ces émotions et sensation. Tantôt angoissés, tantôt perdus, c’est un vrai condensé d’humanité que nous livre là Murakami.

Le tremblement de leurs vies …

J’ai beaucoup aimé chacune de ses nouvelles, laissant paraître différentes villes, différents personnages, tous aussi intéressants les uns que les autres. Il y en a tout de même une que j’ai particulièrement aimé.

Il s’agit de celle Satsuki, qui se déroule en Thaïlande. Satsuki est une femme médecin. Il s’agit d’une femme solitaire. Lors de son voyage en Thaïlande, elle va totalement faire confiance à son chauffeur. Ce dernier, va lui apprendre des foules de choses sur le pays. Mais plus encore, il va lui redonner le goût du jazz.

Satsiku va alors en profiter pour retourner dans ses émotions les plus enfouies. Pour elle, le tremblement de terre a bien entendu une teneur particulière. Satsuki (et Murakami) fait allusion à une personne relativement liée à elle qui se trouvait sans doute à Kobe lors du séisme. Sans jamais nous le dire clairement. Murakami laisse donc le doute au lecteur qui peut s’imaginer vraiment ce qu’il veut. Il est possible que cette histoire m’ait plus marquée que les autres. Sans doute parce que je me retrouve en elle, dans sa solitude organisée et choisie.

Quoi qu’il en soit, ce livre m’a vraiment beaucoup plu. C’est encore un petit bijou que nous propose Murakami. Je n’ai pour l’instant jamais été déçue et il m’en reste encore quelques uns à découvrir. Je me languis déjà de vous en parler.

A très vite pour une nouvelle chronique, même endroit 🙂

F.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *